Santé de la vigne et environnement

La santé de la vigne en interaction avec son environnement

Ce thème porte sur les interactions entre la vigne et son environnement, tant biotique que abiotique. La vigne étant une espèce pérenne, cette recherche porte logiquement sur la compréhension du dépérissement de la vigne, processus au cœur des interactions plante / microorganismes / pratiques culturales /environnement abiotique.

theme3
  • Rôle du microbiote du bois dans le dépérissement de la vigne
  • Rôle des pratiques culturales dans le dépérissement de la vigne
  • Rôle de la physiologie et du système vasculaire dans le dépérissement de la vigne

 

 

Dans ce dossier

Post-doctorant, INRAE
Doctorante, INRAE - Dépérissement vigne / Stress hydrique
Post-Doctorant, INRAE / Maladies du bois - Modèle de résistance
Les maladies du bois ont été abordées par une approche d’écologie microbienne. Le rôle potentiel protecteur ou pathogène des communautés microbiennes (champignons et bactéries) ainsi que leurs interactions a été étudié par des techniques de métagénomiques
Au début des années 1970, l’INRA Bordeaux-Aquitaine a initié des travaux scientifiques sur les maladies du bois de la vigne. La lutte contre ces maladies représente un immense défi pour les chercheurs compte tenu des lourdes pertes de rendement qu’elles induisent dans les vignobles.
Une collaboration scientifique entre trois unités de recherche d’INRAE a permis d’explorer l’origine des symptômes foliaires chez la vigne infectée par l’esca.
Le dépérissement de la vigne en lien avec la conduite et la taille
Esca Delmas
Sécheresse et maladies sont des pressions que la vigne subit, causant perte de rendement et mortalité dans les vignobles. Mais ces stress pour la plante n’agissent pas forcément en synergie. Une équipe de recherche d’INRAE, de Bordeaux Sciences Agro et de l’université de Bordeaux vient de découvrir que les conditions de sécheresse suppriment l’apparition des symptômes de l’esca, l’une des principales maladies du bois de la vigne causée par un champignon. Leurs résultats, publiés le 21 octobre dans la revue PNAS, sont une avancée majeure dans la compréhension de cette maladie et des interactions complexes avec la plante, le pathogène et le climat. La poursuite de ces études pourrait permettre une meilleure prédiction de l’apparition de l’esca par l’analyse de l’état physiologique des plantes et des indices de sécheresse. Publié le 22 octobre 2021
Post-doctorant, INRAE
Doctorant, INRAE <br/> <br/> Dépérissement vigne / Stress hydrique / Changement climatique

Date de modification : 14 août 2023 | Date de création : 03 juin 2020 | Rédaction : CP