Mobiliser l'immunité végétale

Mobiliser l'immunité végétale

Ce thème porte sur les méthodes de gestion des agents pathogènes qui utilisent les capacités de résistance des plantes, qu’elles soient constitutives ou induites après stimulation exogène.

theme1
  • Tirer parti de la résistance ontogénique en modifiant l’architecture des plantes
  • Gérer durablement les résistances variétales
  • Stimuler l’immunité des plantes

 

Dans ce dossier

COMMUNIQUE DE PRESSE - Plasmopara viticola, l’agent responsable du mildiou de la vigne, provoque de nombreuses épidémies dans les vignobles français, causant par ailleurs d’importantes pertes pour les viticulteurs. Si les déterminants biologiques de la maladie sont bien connus, comme son mode de reproduction, on ne sait presque rien sur son histoire. Comment ce pathogène originaire d’Amérique du Nord a-t-il envahi le monde ? Des scientifiques d’INRAE ont travaillé en collaboration avec l’Université Paris-Saclay, le CNRS et l’Université de Groningen (Pays-Bas) pour comprendre le processus de cette propagation. Leurs travaux, parus le 25 mars dans Current Biology, en donnent les clés. Une meilleure compréhension de son histoire, et donc de son évolution, est un levier pour lutter contre ce parasite source de la majorité des traitements fongicides sur la vigne. Publié le 26 mars 2021
Doctorant, INRAE - Mildiou / Résistance de la vigne / Avirulence
COMMUNIQUE DE PRESSE - Les mildious sont des agents pathogènes qui provoquent des maladies destructrices des plantes : mildiou de la pomme de terre, mildiou du soja, mildiou de la vigne, etc. Les chercheurs d’INRAE et leurs collègues du CNRS et de l'Université Paris Saclay, ont identifié le groupe de gènes responsable du type sexuel chez le mildiou de la vigne, alors que ces gènes étaient encore inconnus chez les oomycètes, organismes eucaryotes [1] apparentés aux algues brunes. Cette découverte a été rendue possible par une prouesse technique qui a permis le croisement entre elles de souches de mildiou de la vigne. Il s’agit d’une avancée majeure pour la compréhension de la reproduction sexuée des oomycètes, et plus largement des plantes et des champignons. Elle pourrait aussi ouvrir une voie pour lutter contre le mildiou de la vigne par la perturbation de sa reproduction sexuée, essentielle au développement de la maladie. Ces travaux paraissent le 14août 2020 dans la revue Current Biology. Publié le 17 août 2020
Mildiou de la vigne : Les contaminations primaires sont-elles d'importance secondaire?
Les projets FUIs intitulés DEFISTIM, NEOPROTEC et PHYTOMARC, labellisés par les pôles de compétitivité, Agrimip, Végépolys et Qualiméditerrannée, se proposaient d’étudier les modes d’action de produits d’origine naturelle ou non en vue de trouver des méthodes complémentaires en protection de la vigne
Le réseau scientifique étudiant le rôle de l’architecture des plantes sur les épidémies (EpiArch) a été intégré parmi les 13 ‘Key actions’ du métaprogramme INRA-SMaCH. La combinaison des leviers ‘architecture de la plante’, ‘résistance variétale’ et ‘structuration spatiale du vignoble’ est au coeur de la problématique de gestion durable de la vigne.
Au moment où de nouveaux cépages résistants vont être mis sur le marché, les capacités d’adaptation des pathogènes aux cépages résistants restent mal connues...
Plasmopara viticola is an obligatory biotrophic oomycete responsible for grapevine downy mildew, a major and costly grapevine disease. It has been introduced very recently (1878) from North America in Europe and has subsequently invaded vineyards worldwide
Des modèles mathématiques pour gérer durablement les gènes de résistances aux maladies des plantes en aménageant les paysages agricoles

Date de modification : 14 août 2023 | Date de création : 02 juin 2020 | Rédaction : CP